RMP, Retrouver Mon Public !

Billet d’Humeur – Par Simon Hamoir

Samedi 1er août. Ça y est ! Première rencontre à domicile du club de ma ville natale pour cette saison 2015-2016 ! Malgré une défaite le week-end précédent, je me dis que le public va répondre présent. Un 1er août, vacances scolaires, un beau soleil et une nouvelle saison qui démarre. Les conditions idéales pour ramener des curieux ou des occasionnels au Canonnier, non ? Surtout que l’effectif fait quasiment peau neuve et que pas mal de têtes vont se faire découvrir au public ce soir. Encore une raison de venir voir cette affiche. En plus, mes copains montois sont venus ce soir !

20h, coup d’envoi… dans un stade aussi peu rempli qu’un paquet de chips Croky à 1€ de la buvette. 2.000 personnes à tout casser dans les tribunes.. sur les 10.000 places disponibles. La débandade a commencé… Pour se terminer 1h45 plus tard sur le score de 0-2…

tribune3 tribune2

Peut-être que l’ennemi de l’affluence, c’est la diffusion télé ? Pourquoi se déplacer alors qu’on peut voir le match affalé dans son canap’ avec ses bières, ses sandales-chaussettes au pied et son pyjama en éponge ? Pourtant, il me semble que les tribunes de Sclessin, d’Anderlecht ou de Gand sont presque complètes chaque fois… C’est vrai que ces clubs-là n’ont pas la même audience que le RMP, mais quand même ! Peut-être que le point noir, ou plutôt jaune, c’est l’adversaire du soir… Saint-Trond. Une équipe qui fait autant rêver qu’un épisode d’Arabesque sur TV Breizh le dimanche matin… Et pourtant, Saint-Trond a battu le vice-champion de Belgique 8 jours plus tôt… Et on connaît aussi l’issue de ce match-ci !

Une sauce Belge qui prend ?

Alors, la faute à quoi, la faute à qui ? Comparons avec un club plus ou moins similaire comme Waasland-Beveren, cher à l’ami Grégory Bayet. 17 Belges sur 30 joueurs. Chez les Hurlus, ce chiffre s’élève à 12 sur un effectif total de 28. C’est encore raisonnable quand on connaît ltribune4a saison précédente du club avec le partenariat Lillois. Sur ces 12 joueurs belges, seuls 3 étaient déjà présents avant le mercato estival. On sent que le club souhaite faire des efforts en faisant signer du Noir-Jaune-Rouge. Mais avec tout le respect que j’ai pour ces douze bons gars, combien ont réellement leur place sur une pelouse de D1 là tout de suite ?  Trois ? Quatre ? Pas beaucoup plus en tous cas… D’ailleurs ce soir-là, seuls quatre ont débuté la rencontre, sans briller… Oui, c’est vrai, le club a recruté dans une optique d’avenir. Onze des douze Belges ont moins de 25 ans et cinq d’entre eux ont moins de 20 ans. J’espère sincèrement que le futur me contredira mais pour l’heure, ils n’ont pas vraiment le niveau de la Jupiler Pro League… Ok, laissons-leur le temps.. ces jeunes donnent leur maximum, ils vont évoluer et s’améliorer. Oui, seulement le temps, le RMP ne l’a plus. Le club est en Division 1 et ce n’est plus le moment de chercher ses marques. Pas après une saison catastrophique comme celle qui vient de se terminer.

Des manques… à gagner et pour gagner qui mènent à la défaite…

Alors oui, il ne faut pas chercher beaucoup plus loin. Le club manque sérieusement de densité footballistique. Des grosses lacunes dans tous les secteurs de jeu et particulièrement en attaque. Et ça, le public l’a bien compris. Les gens attendent des résultats et du football champagne pour reprendre le chemin du stade. Les gens attendent une étoile, une bonne raison d’emmener leur fils de 5 ans pour la première fois voir le club de sa ville.

Il manque également une âme dans ce club. Une âme qui a disparu le soir du 28 décembre 2009, enterrée avec ses 87 ans d’histoire. À Mouscron, on rêve de retrouver l’ambiance des grandes années de l’Excelsior, des Mpenza, Jestrovic et Vanderhaeghe, ou encore des Pieroni, Dugardein et des frères Zewlakow. Cette époque où les soirées du Canonnier finissaient tard dans la nuit et où le club était redouté par toutes les grosses écuries du championnat.

SKY20091228015634EM

Emile Mpenza (c) Skynet.be

Depuis la mort de l’Excelsior, un noyau dur de supporters a choisi de déserter le stade, à cause de la direction. C’est ce genre de personnes qui seraient indispensables actuellement dans le stade. Le genre de tribune5groupe qui met l’ambiance et fait venir le public. Je respecte vraiment et j’admire ce que font les mecs qui tiennent la baraque devant le kop actuellement. Mais avouez qu’il manque quelque chose. Les gens ne suivent plus les chants comme c’était le cas avant.  Il manque une sorte de dévotion, d’engouement pour le club. On en revient toujours à l’âme du club qui se cherche toujours. Même Etienne Daho met plus le feu à ses concerts que la tribune I (le kop) le fait au Canonnier actuellement. En seconde mi-temps,  la poignée de supporters trudonnaires faisait plus de bruit que les locaux. Voilà qui reflète parfaitement le problème actuel. Moins de supporters signifie aussi moins de soutien pour les joueurs, ce qui se répercute dans les résultats. Un cercle vicieux…

Et puis, comment faire rêver les supporters présents au stade quand le speaker tribune1vous annonce que les nouveaux maillots ne seront disponibles au fanshop que dans 15 jours ? Aucune réelle mobilisation n’a lieu pour tenter d’amener du public à la rue du Stade. Le symbole de cette crise est la « vieille tribune », la tribune latérale côté presse, fermée au public depuis la fin de l’Excel, par manque d’affluence. Mais le club était alors en Promotion, normal. Aujourd’hui, retour en D1 et toujours pas de réouverture. Vivement le jour où on reverra des gens autres que les journalistes dans cette tribune. Cela signifiera que le club aura déjà fait un grand pas en avant.

C’est vrai que le club cherche des solutions : des visages bien connus des Mouscronnois dans la hiérarchie du club. À l’image du nouveau responsable commercial, un jeune, dynamique et authentique Hurlus, ou du nouvel-ancien speaker qui reprend le micro. On vient aussi d’apprendre que le Royal Mouscron-Péruwelz laissera place au Royal Excelsior Mouscron d’antan dès la saison 2016/2017. Mais ce n’est pas du tout suffisant pour faire revenir cet « ancrage local » promis par la nouvelle direction du club. À Mouscron, on attend une vraie solution. Et le club a vite intérêt à trouver la poudre et la flamme qui permettront de rallumer la mèche et d’à nouveau faire exploser les artifices du Canonnier. Peut-être que cela passera par le Pelé Mboyo ou le Leya Iseka annoncés proches du club ?