Rois du Monde au Roi Baudouin

Par Jacob Hemptinne

Qualifications Euro 2016 – Mardi 13 octobre 2015 à 20h45

bel-isr4

Avant ce fameux Belgique-Israël, les Diables Rouges sont déjà qualifiés pour l’Euro 2016. Dernière étape avant d’en finir avec ces matchs de qualif’, face à Israël ! La bande à Kompany doit gagner cette confrontation pour se hisser à la première place du classement FIFA et faire une dernière fois vibrer ses supporters avant les choses sérieuses. On y était et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est réussi.

Bel-Isr1

Belgique-Israël s’est d’abord joué en coulisses. Jamais un match des Diables Rouges n’avait exigé un tel dispositif de sécurité. 800 stewards sont mobilisés (pour 500 en général), aucun sac n’est autorisé dans le stade Roi Baudouin et la Police patrouille partout dans les environs du Heysel. En plus de ça, des pétitions ont été lancées pour demander un boycott de ce match, en protestation des agissements de l’état Israélien en Palestine. Nous sommes donc partis pour assister à un match où la politique est très présente. Mais nous, on veut juste voir Laurent Depoitre mettre un triplé « à la maison »…

C’est à Anderlecht que commence notre soirée. C’est là que je rejoins Luca, mon seul acolyte pour ce match. Premier arrêt au Colruyt pour faire nos provisions, un long trajet de métro nous attend (au moins 20 minutes). Il est 17h quand nous entrons dans la rame encore vide de supporters. Preuve des enjeux politiques de la rencontre, la première personne que nous rencontrons à la sortie du métro est un militant anti-apartheid qui nous refile un tract qui vente les mérites de son association.

Atomes crochus

Atomes crochus

On a encore des cannettes à vider, direction l’Atomium. En effet, le village des supporters belges est installé au pied de l’Atome de fer. Des bars, des échoppes et un DJ nous attendent. Les supporters arrivent au compte goutte même si certains semblent être présents depuis quelques heures vu leur état d’ébriété. Notre jeu de la soirée : trouver un supporter avec un maillot floqué « Depoitre ». En d’autres termes, trouver un tournaisien quoi. A l’affût du moindre maillot, nos canettes se vident sans qu’on s’en rende compte. C’est donc l’heure de tester les bars sur place. « -C’est combien la bière ? -2,50€. –Ha, c’est de la Saint-Feuillien ? –Non de la Jupiler. –Une 33cl ? –Non 25. –Viens on s’casse ». On sait que la Belgique est l’équipe la plus chère de l’Euro 2016 mais il y a des limites à ne pas dépasser. Résultat, on se dirige vers le night shop le plus proche. Ce night shop qui triple son chiffre d’affaire à chaque match de l’équipe nationale. Pris d’assaut, on arrive à se frayer un chemin dans les tranchées qui mènent à l’alcool et on remplit nos chargeurs.

Le village des Diap'

Le village des Diap’

On profite une dernière fois de l’ambiance aux abords du stade qui est toujours géniale. Des gens de partout en Belgique se rejoignent, on discute avec n’importe qui, on chante, on danse et on compare nos tenues de supporters. Ce match-ci, exceptionnellement on n’a pas sorti nos écharpes de Mons, ce soir on est tous belges, pas de Montois, Liégeois, Brugeois ou autres.

Un match des Diables, comme à la maison

20h, nous rentrons dans le stade. Les stewards confisquent toutes cannettes qui essayeraient de franchir le portique de sécurité, pleines ou vides. « – Monsieur votre canette s’il vous plait, merciii ! –Vous ne voulez pas la boire avec moi au lieu de la jeter ? ».

Bon comme on dit : une bière, deux tartines. Mais comme le Roi Baudouin ne propose que de la bière sans alcool, cet adage ne s’applique pas ici. On se prend donc un hamburger. Préparez-vous à attendre au moins 30 minutes pour être servi. Ça change du Cannonier et consort. 20h30, on a mangé, on va quand même penser tout doucement à aller voir le match.

Nos places se trouvent derrière le but, là où s’installent tous les groupes de supporters. Ce match, on le passera debout, tout ce qu’on aime. Normalement, on était tout en bas de la tribune mais on décide de monter un peu et nous tombons nez à nez avec les Dragon Side Belgium, un kop de supporters montois. Nous retrouvons des dizaines d’habitués du Stade Tondreau. On était comme à la maison, le match pouvait commencer !

Jolie vue de notre tribune. Ca fait beaucoup de rouge.

Jolie vue de notre tribune. Ca fait beaucoup de rouge.

Le dernier match que nous avons fait au Stade Roi Baudouin, c’était pour Belgique-Chypre. Les Belges s’étaient plus que facilement imposés 5-0. Nous étions en tribune latérale à l’époque, nous avions donc hâte de découvrir l’ambiance derrière le but. Et bien on n’a été pas été déçu. On a chanté pratiquement tout le match. Mais bon, avec seulement 3 chants différents, on a vite fait le tour. Pas facile de varier les chansons quand francophones et néerlandophones se mêlent en un seul kop.

« Ik Ben Haim »

Sur le terrain, Marc Wilmots a misé sur son équipe type. Seul Axel Witsel est relégué sur le banc laissant place à Marouane Fellaini, un des grands artisans de notre qualification. Pas de Depoitre ni de Kums, nos rêves de Buffalos tombent à l’eau. Israël de son côté doit gagner ce match pour espérer gagner son ticket de barragiste. Les Diables ne leur laisseront pas droit au chapitre. Bel-Isr3Les Belges dominent le match de la tête aux pieds, se procurant occasions sur occasions sans jamais conclure. Et ce n’est pas Lukaku qui y changera quelque chose tant l’attaquant d’Everton galère dans cette rencontre. Des signes d’impatience se font sentir dans la tribune. 0-0 à la mi-temps. Au retour des vestiaires, les Diables continuent sur leur lancée et assiègent le mur dressé par Israël. Heureusement, le football est le seul endroit où le mur israélien risque de tomber. Et c’est Mertens qui s’en charge. Un crochet et Tal Ben-Aïm part au Colruyt acheter ses mouchoirs. L’ex-défenseur du Standard avait surement « Touche pas à mon poste » à préparer pour le lendemain. 1-0, la première place du classement FIFA est de plus en plus proche. « Goal du numéro 14, DRIES…MERTENS ! DRIES…MERTENS ! DRIES…MERTENS ! ». Quelques minutes plus tard, Kévin De Bruyne bénéficie d’un coup franc extrêmement bien placé, comme contre Andorre quelques jours plus tôt. « R’garde ça, qué goal, frère ! Tir au premier poteau, petit rebond devant le gardien et c’est 2-0 ». Et en effet, le néo Citizen nous a écouté et plante le deuxième. Elle est faite. Eden Hazard enfoncera encore un peu plus le clou, crucifiant Israël à leur sort malgré leur réduction du score plus qu’anecdotique. « ALLEZ WILLY, SAUTE AVEC NOUS, ALLEZ WILLY, SAUTE AVEC NOUS ! » Notre sélectionneur particulièrement en forme s’exécute et se permet de lancer un chant après ses joueurs : « Lalalalalalalalala ! Lalalalalalalala ! Lalalalalalalalala ! Ooooooohoooohoooooohoohhh ! » Il y a encore du travail à fournir au niveau du rythme mais c’est pas mal !

Bel-Isr2

On a bien aimé Dimitri Vegas&Like Mike

On a bien aimé Dimitri Vegas&Like Mike

C’est l’heure du bouquet final : un show de Dimitri Vegas et Like Mike, les DJ numéro 1 dans le monde. Comme leur équipe nationale. Like Mike et son frère arrivent « like a boss » dans leur BMW et mettent le feu dans un stade du Heysel plein à craquer. Tout le monde fait la fête en profitant du show (de 15 minutes mais un show quand même) et du feu d’artifice. Même si l’engouement n’est pas comparable à celui de la qualification pour le Brésil, on ira défier les meilleures nations d’Europe en France avec l’étiquette de numéro un mondial (si on le reste d’ici là). « Tous en France, Tous en France ! Hé ! Hé ! »

La marée rouge rentre à la maison

La marée rouge rentre à la maison

Nos notes de ce déplacement (à domicile finalement) :

bel-isrInfrastructures (7/10) : En soi, le Roi Baudouin n’a rien à se reprocher. Même si il a quelques années derrière lui, il est encore très bien entretenu. Facile d’accès (en métro en tout cas), il permet de profiter pleinement du match, avant, pendant et après. Mais c’est toujours cette fichue piste d’athlétisme qui retire une certaine proximité et intensité aux matchs.

Ambiance (7/10) : Si vous allez voir un match des Diables, faites votre possible pour choper des places derrière le but. Pour avoir pu tester les 2 tribunes (latérale et derrière le goal), il n’y a pas photo. Rester 90 minutes assis est beaucoup trop dur pour nous. Et a part faire une ou deux ola, vous vous ennuierez dans la tribune latérale. 30€, c’était le prix de l’ambiance ce soir-là contre Israël. 30 boules pour un match de qualité, un feu d’artifice et un show de Dimitri Vegas et Like Mike, on a connu pire.

Qualité du jeu (9/10) : C’était un très bon match des Diables. Ils ont maîtrisé la rencontre du début à la fin, beaucoup d’occasions, de beaux gestes, bref du spectacle. Avec les joueurs sur la pelouse, c’est vrai qu’il est difficile de s’ennuyer. Par ma part, à chaque touche de balle de Fellaini je me rapprochais un peu plus des étoiles.

Publicités

Un commentaire ? Allez-y !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s